Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam, quis nostrud exerci tation ullamcorper suscipit lobortis nisl ut aliquip
Email: hello@yourdomain.com
Phone: +88 (0) 101 0000 000
Fax: +88 (0) 202 0000 001
Title Image

Ousmane

Ousmane

Ousmane, Mamadou, Mohamed, Diakité… ils ont parcouru des milliers de kilomètres. La Guinée, le Sénégal, le Congo étaient leur terre. Ils l’ont quittée pour fuir la misère, la corruption, la pénurie d’emploi et parfois la guerre. Derrière eux, ils ont laissé famille, repères et culture pour entamer des périples aux détours inattendus.
150 jeunes migrants occupent aujourd’hui l’ex-collège Maurice Scève, Rue Louis Thévenet à Lyon Croix-Rousse. Ces jeunes hommes d’Afrique Subsaharienne, dont certains sont mineurs, y ont trouvé un abri géré « en autogestion ».
Ousmane a 22 ans, il a étudié l’ingénierie minière durant 4 ans. La corruption et l’ethnocentrisme l’ont privé de toute perspective d’avenir en Guinée. Après plus de 4000 kilomètres, il est arrivé au squat Maurice Scève début février 2019. Il y a retrouvé des « frères » de route rencontrés dans la forêt au Maroc.
« Le froid est le plus difficile à supporter. Nous n’avons pas d’eau chaude, alors quand il nous arrive de nous laver, on laisse la place à un autre le lendemain. Il n’y a qu’un toilette dans tout le bâtiment qui soit en état de fonctionnement. », confie Ousmane.
Les repas, eux aussi, sont rares. « Environ 1 dîner sur 2 jours ». Et lorsqu’un d’entre eux a un peu de monnaie ou de la nourriture, il la partage avec sa chambrée. La solidarité y règne en maître – d’anciennes salles de classe – où s’entassent 9 à 12 personnes.
Dans la lignée de l’Amphi Z, squat situé à Villeurbanne, ce lieu fait l’objet d’une solidarité de la part des associations, collectifs et riverains. Malheureusement, les besoins quotidiens demeurent omniprésents et les conditions de vie à l’intérieur laissent pantois.
L’Abbé Pierre est venu au monde le 5 août 1912 au n°8 de la même rue. Espérons que son aura plané sur le destin de ces jeunes dont le regard parle de misère et la parole d’espoir. Au fond du couloir on prie, dans une chambre on réchauffe le riz de la veille précieusement économisé. A l’entrée, on fait la lessive dans d’anciennes douches du collège totalement inondées. La vie semble avoir trouvé son tempo, mais des ressources essentielles manquent encore entre les murs de l’ex-collège Maurice Scève.

 

©Sofia Babani

Tags:
error: Content is protected !!